Informations générales des voyages au Cambodge
 

Histoire:

Le nom du Cambodge est dérivé du mot Kambuja qui signifie les fils de Kambu. Selon une légende, Kambu, un ascète, épousa une nymphe céleste du nom de Mera et fonda le Royaume de Chenla. Le royaume voisin de Funan, premier état d’Asie du Sud-Est devenu Indien suite à un mariage royal, conquit le royaume de Chenla pendant le 6e siècle. Cette conquête fut à l’origine du grand et fameux empire khmer. Au début du 9ème siècle, le roi Jayavarman II proclama l’indépendance de son peuple par rapport aux Javanais qui pendant plusieurs siècles ne prirent pas au sérieux les épisodes de conquête du royaume Funan- Chenla à l’origine de la fondation de l’empire khmer à Angkor. Il se fit alors déclarer Devaraja ou Dieu-Roi. Ce phénomène fut par la suite souvent adopté par plusieurs générations de dirigeants Khmers qui s’identifièrent alors à Shiva, l’une des divinités les plus importantes de la religion hindoue.

Chaque successeur du trône royal essaya alors de surpasser ces prédécesseurs par la construction de temples tous les plus impressionnants les uns que les autres qu’ils firent dédier à leurs propres personnes. Le roi Indravarna, (877-889) est connu pour avoir édifier les plus anciens temples d’Angkor, à savoir ceux du groupe Rolous.Les 150 années qui suivirent virent la croissance inégalée de ce royaume qui atteint son point le plus haut avec le roi Suryavarnam I qui réussit à étendre son royaume jusqu’à la Thaïlande et au Laos au Sud. C’est également sous son règne que fut adopté le bouddhisme mahayana au Cambodge bien que le culte royal hindou continua. Peu après sa mort en 1050, le royaume tomba cependant dans le désordre et des querelles internes éclatèrent quand une série de dirigeants inefficaces tentèrent de prendre le pouvoir. Le royaume voisin des Cham (originaire de l’actuel Vietnam) saisit cette occasion pour envahir le pays et prendre possession de la capitale. La conquête des Chams fut hélas de courte durée et en l’espace de 50 ans l’empire khmer atteint son zénith sous le règne de Suryavarnam II, aujourd’hui considéré comme le plus grand des Devarajas il entreprit la construction de l’inégalable temple Angkor Vat. Son règne vit aussi la floraison d’arts divers et le royaume s’étendit alors pour inclure la plus grande partie de la Thailande, le Laos, le Sud du Vietnam et la péninsule malaise. Les Chams revinrent à la charge d’Angkor en 1177, 25 ans seulement après l’achèvement de Angkor Vat. En 1181 ; le roi Jayavarnam VII contre attaqua les Chams en saisissant leur capitale, Vijiva et en les éliminant définitivement de la région. Jayavarnam VII entreprit alors le programme d’édification le plus audacieux d’Angkor avec la création de la ville fortifiée de Angkor Thom, qui signifie littéralement –la Grande Cité-. Bayon caractérisé par ses nombreuses sculptures de têtes géantes, représente le monument principal de cette Grande Cité. Après sa mort en 1218, l’empire tomba en désuétude pendant les 200 années qui suivirent son règne. En 1315 puis en 1431 les Thais envahirent la cité de Angkor. Celle-ci fut alors complètement abandonnée quand la cours royale déménagea vers Phnom Penh. Les Khmers ne purent retrouver leur éclat à Phnom Penh durant les 400 ans qui suivirent et le pays se vit alors réduire à une simple puissance. Ce fut alors au tour des Thais puis des Vietnamiens de décider de la destinée du Cambodge par la suite. Quand les Thaïs cherchèrent à menacer les Khmers, ces derniers formèrent une alliance avec les Vietnamiens souvent par le moyen d’arrangements de mariage royaux et vice versa. Quand les Vietnamiens contrôlèrent le delta du Mékong à la fin du 18e siècle, Phnom Penh fut pratiquement coupée de la mer et devint le champ de bataille entre les Thaïs et les Viets dans les années 1840. Ceci incita les Français à venir en aide aux Khmers à la demande du roi Norodom. Cet acte évita au Cambodge d’être séparé en deux par Siam et le Vietnam, mais ceci eu aussi pour conséquence en 1884, que le Cambodge, avec le Laos et le Vietnam devint partie intégrante de l’Union Indochinoise. La création de vastes plantations de caoutchouc assura au pays que la population soit employée mais à des conditions précaires. L’occupation japonaise en 1942 ne fit que mettre encore plus en avant une position fragile de la France dans la région et en mars 1945 les forces japonaises évincèrent l’administration coloniale et persuadèrent le roi Sihanouk de proclamer l’indépendance. Toutefois, tout comme au Vietnam, les Français ne baissèrent pas les bras pour autant et quand les Japonais quittèrent le Cambodge en août 1945 ils revinrent au pays avec des troupes militaires et firent dissoudre la monarchie en 1946, gardant le roi au poste titulaire de chef d’Etat.Les années 50 marquèrent la fin de l’époque coloniale en Indochine. Le 9 novembre 1953, la France accepta l’indépendance du Cambodge et le roi Sihanouk retourna de son exile imposé pour régner à nouveau, cette fois en tant que leader politique et non en tant que monarque. Pendant les 15 années qui suivirent Sihanouk réussit à maintenir le Cambodge à l’écart du conflit du Vietnam. Cependant il finit par céder et par s’allier aux communistes du Nord et permit au sentier d’Ho Chi Minh d’emprunter le territoire du Cambodge pour faire passer des armes et des hommes vers le Sud du Vietnam. Ceci le rendit extrêmement impopulaire auprès des Américains qui auparavant avaient soutenu le pays financièrement très généreusement. Cette alliance avec les communistes déclencha l’éjection de Sihanouk en 1970 qui fut remplacé par son ancien commandant en chef, le Général Lon Nol. Après le départ de Sihanouk, les Etats-Unis annoncèrent leur intention d’intervenir dans les affaires du pays pour aider à la mise en place d’un nouveau régime. Leur objectif était de stopper les armes avant qu’elles atteignent le Sud du Vietnam à partir du port de Sihanoukville. En réalité, les Américains étaient déjà actifs et opéraient déjà clandestinement sur le terrain, menant ce que les journalistes qualifièrent à l’époque des “actions parallèles”. Celles-ci se concrétisaient par des bombardements au sol dans les Zones rurales du pays contrôlées par les communistes. Ces actions eurent pour effet de provoquer le ressentiment à la fois de la population rurale et des guérilleros communistes envers non seulement les Américains mais aussi envers la population cambodgienne des villes et les élites du pays. Ce ressentiment pour les classes sociales plus élevées des villes, entrainèrent des conséquences tragiques et dramatiques pour l’ensemble du pays quand les Khmers Rouges prirent le pouvoir en 1975. Les Khmers Rouges -terme qui fut d’abord employé par le prince Sihanouk- étaient une armée guérilla communiste qui au départ était soutenue par les Chinois et étaient du côté de l’Union Nationale Pour le Cambodge de Sihanouk. En 1973, quand les Américains cessèrent les bombardements, les Khmers rouges contrôlaient près de 60% du pays, surtout les régions rurales. Jusqu’en 1975, ils firent tout leur possible pour nuire et détruire le parti de Lon Nol. Le 1er avril 1975, ce dernier fuit le pays et deux semaines plus tard, les Khmers Rouges, victorieux, marchèrent dans Phnom Penh pour déclarer La Démocratie Kampuchea. Leur dirigeant, Pol Pot, avait pour idéal de créer une société marxiste agraire. Une de ses premières mesures fut de forcer la population des villes à s’établir dans les campagnes et zones rurales pour y travailler dans des camps. Cette notion de repartir à zéro fut connue sous le nom de Year Zero ou Année Zéro. Les quatre années qui suivirent, furent marquées par le règne de la terreur, et on estime que entre 1 million et 1,7 millions d’individus, enfants et vieillards inclus, trouvèrent la mort durant cette période. Ces chiffres sont d’autant plus terrifiants que la population du pays en 1975 ne dépassait pas les 7 millions d’habitants. La nourriture se fit rare, et ceci fut en grande partie dû aux mauvaises techniques de management des fermes collectives. Les Khmers Rouges utilisèrent la terreur comme moyen de contrôle et les gens pouvaient être exécutés pour le moindre faux pas. Plusieurs personnes périrent aussi à cause de la famine et du paludisme et d’autres périrent d’épuisement dans les camps de travaux forcés. Un véritable génocide fut pratiqué envers la classe moyenne et les intellectuels, considérés par les Khmers Rouges comme les ennemis naturels des paysans, héros de cette nouvelle nation.Le jour de Noël en 1978, 120000 Vietnamiens pénétrèrent le Cambodge pour dissoudre le Régime des khmers Rouges et le 7 janvier, Phnom Penh fut libérée des Khmers Rouges. Malheureusement cette libération entraîna l’arrivée au pouvoir de nouveaux chefs autocratiques. Par ailleurs le pays du alors faire face à un nouveau problème : celui de s’occuper des réfugiés et des populations déplacées et déracinées sous le régime de Pol Pot. Les grandes puissances durent choisir leur camp: la Chine continua de soutenir le groupuscule des Khmers Rouges et les Soviétiques s’allièrent aux Vietnamiens. Ce n’est qu’en 1989 que le Vietnam laissa le président Heng Samrin et le peuple cambodgien décider de leur sort par eux-mêmes. Pendant la dernière décennie le Cambodge connut toute une série de guerres civiles pour ensuite retrouver un système de monarchie. Les Nations Unies supervisèrent les premières élections démocratiques du pays, ce qui redonna espoir à la nation de sortir lentement mais sûrement de la période noire des années 70 et de commencer à reconstruire le pays.

Climat et Géographie

Le Cambodge touche la Thaïlande au Nord et à l’Ouest, le Laos au Nord; le Vietnam à l’Est et possède un accès à la mer sur le Golfe de Thaïlande au Sud. La topographie du pays est marquée par le fleuve Mékong et le fleuve Tonle Sap, qui traversent le pays. Le Mékong prenant sa source au Tibet traverse le Cambodge sur 486 km avant de se déverser dans la Mer de Chine en passant par le Vietnam. A Phnom Penh il se divise en deux et forme la rivière supérieure (Tien Giang en vietnamien) et la rivière inférieure (Hau Giang). Les importants dépôts de sédiments provoqués par les inondations régulières durant la saison des pluies a fait de cette région une région très fertile pour l’agriculture. La plupart des rivières et ruisseaux du Cambodge se déversent dans le bassin du Mékong et du Tonle Sap. Le Tonle Sap est relié au Mékong à Phnom Penh par un canal long de 100 km. Entre les mois de mai et d’octobre, saison des pluies, le niveau des eaux du Mékong augmente de manière à dépasser le niveau du Tonle Sap et le Mékong s’écoule alors vers le Nord-Ouest dans le lac Tonle Sap. Pendant cette période le Tonle Sap passe d’une capacité de 3000 km carrés à plus de 7500 km carrés, et attend une profondeur de 10 mètres. Pendant la saison sèche, le niveau du Mékong redescend et c’est alors au tour du Tonle Sap de se déverser vers le Mékong. Ce phénomène unique fait du Tonle Sap le plus grand lac/fleuve d’Asie et une des plus importantes sources d’eau vive et de poissons d’Asie. La grande majorité des Cambodgiens vivent dans la partie centrale du pays, autour du Tonle Sap et au niveau du delta supérieur du Mékong. Le pays est principalement composé de plaines ne dépassant pas 100 mètres d’altitude par rapport au niveau de la mer. Les régions surélevées se situent dans le Sud-Ouest du Pays entre le golfe de Thailande et le lac Tonle Sap. Vous trouverez la plus haute montagne du pays, le Phnom Aoral (1813 m) dans la province de Pursat. Au Nord-Est se trouvent des hauts plateaux couverts d’une végétation tropicale dense. Cette zone s’étend jusqu’au Vietnam et au Laos. Le calendrier agricole des Cambodgiens est affecté par deux moussons annuelles. De Novembre à Février la bassin du Mékong et du Tonle Sap. Le Tonle Sap est relié au Mékong à Phnom Penh par un canal long de 100 km. Entre les mois de mai et d’octobre, saison des pluies, le niveau mousson du Nord-Est apporte un climat sec et moins chaud, tan dis que la mousson du Sud-Ouest apporte 80% des précipitations du pays entre les mois de mai et d’octobre. Les températures maximales journalières vont de 20 degrés en janvier à 40 degrés

Nom:

Royauté du Cambodge

Surface:

181.035 km carrés

Population:

11.426.223

Capitale:

Phnom Penh

Groupes ethniques:

Khmers (96%). Les principales minorités du Cambodge sont les Vietnamiens, les Chinois, les Khmers islamistes, les Tumpoun, les Kreung, les Krak Chrok, les Kavet, les Brao et les Jorai.

Religion:

Le bouddhisme est devenu la religion officielle nationale en 1975. Les autres religions du pays sont principalement l’Indouisme, l’Islam et le caodaïsme vietnamien.

Langue officielle:

Khmer.

Monnaie:

Riel.

Visa.

Obtenir un visa au Cambodge aujourd’hui est devenu une procédure très simple et rapide. Les visiteurs entrant le pays par avion pourront obtenir leur visa d’une validité d’un mois directement à leur arrivée à l’aéroport Pochentong de Phnom Penh et à celui de Siem Reap. Pour les visiteurs arrivant par la route, en provenance de Thaïlande via Poi Pet, province du Banteay Meanchey ou en provenance de la province de Kok Kong, il est conseillé de se procurer un visa à l’avance. Les voyageurs par route en provenance du Laos et du Vietnam devront obligatoirement obtenir leur visa avant de traverser les frontières, car aucun poste de frontières pour ces pays sera en mesure de fournir des visas. Un visa touriste coûte 20 dollars US et il peut être prolongé pour un mois. Cette prolongation peut se faire 3 fois. Un visa pour affaires coûtera 25 dollars US et pourra être prolongé indéfiniment. 2 photos d’identité devront être fournies avec votre demande d’obtention de visa. Selon le Ministère des Affaires Etrangères, un visa autocollant devrait bientôt remplacer les tampons couramment utilisés.

Votre programme.

Après installation à l'hôtel, notre représentant qui est en général le guide de votre voyage, aura avec lui le même programme qui vous a été adressé. C'est avec lui que vous voyez pour le détail des visites prévues. Par exemple si vous arrivez un dimanche, il faut visiter ce jour la le Musée National, car il est fermé le lundi. C'est lui qui est chargé de respecter le programme indiqué.

Santé.

Le Cambodge représente une des zones les plus à risques de toute l’Asie du Sud-Est, du fait du très mauvais niveau d’hygiène et du manque d’infrastructures médicales appropriées. Si vous tombez sérieusement malade au Cambodge, nous vous conseillons de retourner vers la capitale Phnom Penh, seul endroit du pays à disposer de cellules médicales d’urgence. Les pharmacies dans les grandes villes sont remarquablement fournies en médicaments et vous n’aurez pas besoin de posséder des ordonnances pour obtenir des antibiotiques ou des antipaludéens. Les prix sont par ailleurs très raisonnables mais n’oubliez pas de vérifier les dates de péremption des médicaments que vous achetez. Certains médicaments peuvent en effet avoir séjourné depuis longtemps sur les étagères des pharmacies. Ne devenez pas trop paranoïaques pour autant. Votre santé en voyage dépend surtout de vos préparations avant le départ et d’une certaine rigueur quant à votre hygiène personnelle pendant le voyage. Si les dangers potentiels de ce pays peuvent paraître très grands, en réalité peu de voyageurs ont connu de très mauvaises expériences au Cambodge mis à part quelques problèmes de digestion.

Cuisine Locale.

La cuisine cambodgienne se rapproche beaucoup de celle de ses voisins de Thaïlande et du Laos, voire de celle du Vietnam. Il existe cependant quelques plats propres au Cambodge. Un repas traditionnel cambodgien comprendra toujours une soupe ou samla qui sera dégustée en même temps que les autres plats du repas. Le Samla Machou Banle est une soupe de poisson très populaire qui a un léger goût aigre; version moins épicée de la traditionnelle soupe aigre-doux de Thaïlande. Il existe d’autres soupes telles que le samla Chapek (soupe de porc au gingembre), le samla machou bangkang (soupe de crevettes) ou le samla ktis (soupe de poisson au lait de coco et à l’ananas). Les salades cambodgiennes aussi très populaires se différencient beaucoup des salades froides traditionnelles en Europe. Le Phlea sach ko par exemple, est une salade de bœuf et de légumes, parfumée au coriandre et aux feuilles de menthe et de citronnelle. Ces herbes se retrouvent dans la plupart des plats et recettes cambodgiennes. Comme dans la plupart des pays de tradition bouddhiste, la cuisine végétarienne est très répandue au Cambodge. Il n’est pas conseillé de boire l’eau du robinet en Asie du Sud-Est. Les bouteilles d’eau (d’une valeur de 1 000 R) seront disponibles partout. Cependant, veuillez à chaque fois vérifier les dates d’expiration de la mise en bouteille avant de consommer. La glace est utilisée dans beaucoup de boissons au Cambodge et elle est généralement produite à partir d’eau traitée mais le transport de ces énormes blocs de glace n’est souvent pas effectué de manière très hygiénique : ces blocs sont souvent traînés sur le sol… La bière est une boisson également très populaire au Cambodge. La principale marque locale est la Angkor Beer, produite en collaboration avec une compagnie australienne à Sihanoukville. La Angkor Stout, est la seule bière brune du pays. Vous y trouverez également d’autres marques de bières connues telles que la Tiger Beer, la Heineken ou la San Miguel dans les principaux restaurants des grandes villes et des sites touristiques.

Poste et Télécommunication.

Le courrier est désormais acheminé par avion à partir de Bangkok, ce qui fait que le Cambodge dispose d’un système fiable pour tout envoi ou réception de lettres et de colis. Les communications téléphoniques avec le monde extérieur, bien qu’encore coûteuses, ont elles aussi été améliorées considérablement ces dernières années. La plupart des hôtels de Phnom Penh vous permettront de passer des coûts de téléphone nationaux gratuitement. Les numéros commençant par les chiffres 011, 012, 015, 017 ou 018 correspondent à des numéros de portables. Il n‘existe pas de services de renseignement téléphoniques au Cambodge. Certains hôtels possèdent des annuaires téléphoniques pour la capitale. Les appels à l’étranger sont faciles à effectuer si vous possédez une carte de téléphone. Celles-ci sont disponibles au prix de US$2, US$5, US$10, US$20, US$50 et de US$100. Les frais d’appel sont élevés à moins de téléphoner le week-end Où vous pourrez bénéficier de remise de 20 à 30 %. Les appels en PCV sont encore difficiles, mais un service direct local a été mis en place. Ce service vous permet soit de faire porter les frais à la personne que vous appelez, soit de reporter ses frais sur une carte Telstra ou AT& T. Les télécopies sont encore coûteuses, soit 4 à 6 dollars US par page. L’accès internet se développe rapidement mais coûte environ 2 dollars US par heure.

Hébergement.

Que votre hébergement soit prévu en guest house ou en 5 étoiles, les chambres sont équipées de l'air conditionné, et de cabinets de toilette privé, avec Wc, douche ou baignoire suivant la catégorie d'hôtel. Si vous allez dans les Parcs nationaux, il n'y a pas d'air conditionné dans les Guest houses mais des ventilateurs. Pour les voyages en hôtels 3,4 ou 5 étoiles, il n'y a pas d'hôtels de cette qualité en dehors de Phnom Penh, Siem Reap et Sihanoukville. Les hébergements notamment à Ta Keo, Kratié, Rattanakiri, Kompong Thom, sont toujours prévus en guest houses-hotels standards, mais de bonne qualité , propres et avec air conditionné.

Vêtements.

C'est un pays chaud même en hiver (20 à 25 degrés l'hiver) Des vêtements légers pour la journée de préférence en coton. Chapeau, bob, casquette ou foulard car soleil fort et risque de déshydratation. Blouson léger pour le soir. KWay en cas de pluies. Short ou bermuda. (pas de short trop court pour les dames pour ne pas heurter la population. On ne peut pas entrer au Palais royal et dans certains monastères, en short). LAVAGE: Pratiquement dans tous les hôtels on peut donner du linge à laver, qui vous est remis le soir. Mais demander si remis le soir ou le lendemain.

Chaussures.

Prenez des chaussures légères, a semelle antidérapante, car on marche beaucoup dans les visites de temples et des fois les pierres sont glissantes. Mais surtout emportez des chaussures "rodées" avec lesquelles vous avez déjà marché. Les talons ne sont pas conseillés pour les visites de temples.

Monnaie.

La monnaie locale est le Riel. La monnaie cambodgienne est une monnaie relativement stable et le taux de change est de 3,950 Riel pour US$ 1. Les dollars américains sont généralement acceptés partout voire préférés dans les supermarchés et les grands magasins. Toutefois, il est plus pratique de posséder des riel pour des petits achats sur les marchés ou pour payer des courses de taxi. Il est désormais aisé de changer de l’argent dans plusieurs monnaies dans toutes les banques. Si vous possédez des chèques de voyage, nous vous conseillons de les changer dans les banques car peu d’hôtels ou de commerces sont en mesure de le faire. La plupart des banques acceptent généralement les retraits d’argent liquide sur présentation de cartes de crédit.

Taxes d’aéroport

Aéroport international de Phnom Penh:
Vols intérieurs: US$4.
Vols Internationaux: US$20.

Aéroport de Siem Reap
Vols intérieurs: US$ 5.
Vols Internationaux: US$ 15

Sécurité.

Aucun problème dans les villes, les monuments et à la campagne. Mais ne partez pas tout seuls dans la jungle épaisse dans certaines régions, il vaut mieux être accompagné par des locaux. Ne pas traîner la nuit loin, à l'extérieur des grandes villes il peut y avoir de mauvaises rencontres.